CA de l'AEFE du 29 mars

Communiqué de la FAPEE, notre fédération de tutelle:

Que se passe t-il aujourd’hui dans le réseau des lycées français à l’étranger?

Après la ponction de 33M€ de crédits de paiement sur le budget 2017 de l’AEFE et le fracas des mesures correctives annoncées dans la foulée pour trouver une solution palliative non seulement à cette ponction mais aussi au déficit structurel de l’AEFE, l’inquiétude des parents a crû terriblement. Nous étions tous mobilisés dès l’automne 2017 et la FAPEE –et ses APE- ont alerté le gouvernement via des courriers et rencontres au plus haut niveau et une pétition a recueilli plus de 25 000 signatures.

Le président de la République qui a appelé à une réforme de l’AEFE, a voulu rassurer les communautés dans son discours du 20 mars : le budget de l’AEFE sera préservé, les effectifs seront doublés d'ici 2025 et il est réaffirmé que les lycées français sont la colonne vertébrale du rayonnement de la France.

Dans ce cadre, un groupe de travail interministériel a été constitué avec l’Education nationale - qui est revenu fortement dans le jeu - les Affaires Etrangères, l’AEFE et sa tutelle ainsi que la MLF, pour élaborer les premières pistes de réformes. Parallèlement, 2 missions d'inspection sont à l'œuvre pour établir un diagnostic du réseau.

Lors du CA de l'AEFE du 29 mars, le président du conseil d'administration a confirmé que les fédérations de parents d'élèves et les syndicats des personnels seraient bientôt associés à la réflexion bien qu’aucun calendrier ni modalité de participation n'aient encore été définis.

La FAPEE a très clairement exigé de participer à la réflexion au plus tôt, car les parents d'élèves sont les principaux contributeurs et des acteurs majeurs du réseau, que ce soit dans les EGD ou les établissements à gestion parentale.
Voilà ce qui a été officiellement annoncé au conseil d’administration de l’AEFE jeudi 29 mars.

Les parents sont légitimement inquiets et ils l'ont exprimé sur les réseaux sociaux, fortement relayés par des médias qui ont fait le buzz sur des positionnements que le projet de réforme rend aujourd'hui moins pertinents.

Il ne s'agit plus de cristalliser une posture négative mais bien de participer à une réflexion constructive pour donner un nouvel élan au réseau des lycées français à l'étranger

Les associations de parents représentées par la FAPEE sont bien conscientes de ces problématiques, elles sont parties prenantes du réseau de l'enseignement français à l'étranger et veulent être à la table des discussions. Elles ne sont pas de connivence avec le système en revanche elles veulent être force de proposition dans le cadre d'une réforme nécessaire à la pérennité du réseau.